Guide du musée des instruments de musique populaires grecs

musée des instruments de musique populaires grecque

Le musée des instruments de musique populaires grecs, situé en Grèce, est un lieu unique et intéressant à visiter.

Si vous décidez de vous y rendre, vous y trouverez des instruments datant de l’Antiquité jusqu’à nos jours, tous exposés et disponibles à l’essai.

De quoi s’agit-il : Le musée des instruments de musique populaires

Le musée des instruments de musique populaires grecs est un musée situé à Athènes, en Grèce. Il est situé dans le jardin national d’Athènes, dans la rue Stadiou, en face du bâtiment du Parlement hellénique.

Il abrite l’une des plus importantes collections d’instruments de musique traditionnels de Grèce et d’Europe.

La collection contient plus de 3 000 instruments de musique folklorique provenant de toute la Grèce, ainsi que des photographies, des livres et d’autres documents liés à la musique et aux instruments folkloriques.

Le musée a été fondé par la Society for Musicology and Folklore Studies (SEPMF) en 1983, lorsqu’elle a acquis une partie de la collection de Nikolaos Antypas qui se trouvait dans sa villa à Kifissia. En 1987, elle s’est installée dans le jardin national d’Athènes, où elle se trouve aujourd’hui.

L’histoire de la musique populaire grecque

Le musée des instruments de musique populaires grecs est l’un des musées les plus importants d’Athènes. Il a été créé en 1969 par une décision du gouvernement grec, qui a reconnu la nécessité d’une institution permanente pour préserver et exposer le riche patrimoine musical de la Grèce.

Les origines du musée remontent à 1833, lorsque le roi Otto Ier fonda un ensemble dédié à l’étude et à la promotion de la musique byzantine. Cet ensemble a ensuite été transféré à Athènes et a pris le nom de Conservatoire hellénique.

En 1923, ce conservatoire a été remplacé par un autre appelé « Conservatoire national », qui a été hébergé dans divers endroits jusqu’à son déménagement définitif à Kallimarmaro (Athènes) en 1928. En 1937, alors qu’il se trouvait encore à Kallimarmaro, il a été rebaptisé « Conservatoire hellénique ».

La mission du musée est de collecter, préserver et exposer les instruments de musique folklorique grecque utilisés lors des cérémonies religieuses ainsi que d’autres instruments traditionnels utilisés par les musiciens professionnels.

Ces instruments sont exposés avec des photos et des enregistrements de leurs sons afin que les visiteurs puissent en apprécier l’esthétique et la signification culturelle.

Les collections d’instruments de musique folklorique grecque du musée

Le musée du folklore possède une vaste collection d’instruments de musique folklorique de Grèce et de l’étranger. La collection est exposée dans deux vitrines distinctes : l’une consacrée à la collection d’instruments folkloriques grecs, l’autre aux instruments étrangers.

La première vitrine comprend plus de 160 pièces, dont la plupart sont exposées sur des présentoirs spéciaux par ordre alphabétique de leur région (par exemple, Grèce centrale, Crète, Péloponnèse), tandis que d’autres sont exposées sur des étagères indépendantes en fonction de leur type (par exemple, les instruments à cordes).

La deuxième vitrine est constituée d’environ 300 instruments de musique folklorique étrangers provenant du monde entier, notamment de la Scandinavie (Norvège), de l’Europe et de l’Amérique du Nord : Scandinavie (Norvège), Europe (Italie), Europe de l’Est (Pologne), Balkans (Bulgarie) et plus à l’Est (Géorgie).

Outre ces vitrines, il existe d’autres expositions intéressantes liées à la musique et à la danse folkloriques, telles qu’une collection de photographies liées aux festivals et aux danses folkloriques depuis 1945 ;

  • une présentation audiovisuelle sur les costumes de danse traditionnels grecs
  • une collection d’échantillons de costumes utilisés par les danseurs professionnels pendant les spectacles
  • une vitrine contenant des instruments de percussion africains
  • une exposition sur les principaux types d’instruments à cordes et d’instruments à vent
  • une exposition sur la musique folklorique et les danses folkloriques.

La collection du musée comprend :

1) Cornemuses : elles sont fabriquées à partir de roseaux ou de bois. Elles sont classées parmi les instruments à vent, mais elles produisent des sons par vibration plutôt qu’en soufflant de l’air.

La cornemuse est originaire d’Asie Mineure et est arrivée en Grèce avec la migration des populations qui se sont installées en Europe après la chute de Rome.

Le type de cornemuse couramment joué aujourd’hui est connu sous le nom de « klarino » (grec : κλαρινος). Il possède une anche double et quatre trous de chaque côté ; on en joue assis et son son ressemble à celui d’un hautbois ou d’une clarinette.

2) Harpes : ce sont des instruments à cordes dont les cordes sont pincées à la main ou frappées à l’aide d’un plectre. Les harpes sont utilisées depuis l’Antiquité mais n’ont été répandues qu’à l’époque médiévale où elles étaient utilisées à des fins religieuses.

Instruments que l’on peut trouver au musée des Instruments de musique populaires grecs

Le musée des instruments de musique populaires grecs (également connu sous le nom de musée ethnomusicologique) est un véritable trésor pour les amateurs d’instruments.

Les visiteurs peuvent y découvrir certains des instruments les plus beaux et les plus intéressants du monde entier :

La lyre antique : cet instrument a été découvert pour la première fois par des excavateurs en Crète, mais il a depuis été retrouvé dans toute la Grèce. Il date du début de l’âge du bronze, vers 3000 av.

Ses cordes étaient faites de boyaux ou d’intestins d’animaux et sa caisse de résonance était en bois. La lyre antique était accordée sur une gamme pentatonique, ce qui signifie qu’elle n’utilisait que cinq notes différentes dans sa tessiture (au lieu de sept).

La cornemuse grecque : Cette cornemuse est typique de celles que l’on trouve en Grèce à l’époque médiévale. On en joue en soufflant dans une embouchure fixée à l’une des extrémités et en comprimant l’air à travers une vessie animale (qui fait office d’anche) dans deux tuyaux qui s’étendent de part et d’autre du corps de l’instrument.

Les tuyaux sont reliés par une chambre à air percée de trous à intervalles réguliers ; lorsque l’air s’engouffre dans ces trous, il produit un son, comme sur n’importe quel autre instrument à vent !

Le tympanon : à l’origine, ce tambour était joué avec des baguettes afin que chaque joueur puisse créer son propre rythme.

Comment se rendre au musée

Le musée des instruments de musique populaires grecs est situé à Monastiraki, à deux arrêts de la place Syntagma. Pour vous y rendre, prenez le métro sur les lignes 1 ou 3 jusqu’à la station Monastiraki.

C’est facile à trouver ! Le musée est juste à côté du musée byzantin, donc si vous ne savez pas exactement où aller, cherchez ce bâtiment et dirigez-vous dans cette direction.

Lorsque vous descendez du train à la gare de Monastiraki, dirigez-vous vers la sortie et tournez à gauche au coin de la rue lorsque vous verrez le musée byzantin sur votre droite.

Vous vous trouverez alors directement devant un escalier menant à l’entrée du musée.

Les horaires d’ouverture du musée

Le musée des instruments de musique populaires grecs est ouvert tous les jours sauf le mardi.

Les lundis, mercredis, jeudis, vendredis et samedis, le musée ouvre à 8h30 et ferme à 15h30. Le dimanche, il ouvre à 9 heures et ferme à 13 heures.

En visitant le musée, il est évident que les instruments sont non seulement authentiques, mais aussi bien conservés à ce jour.

Pour un prix d’entrée modique, les touristes et les habitants de la région peuvent en apprendre davantage sur la culture musicale de la Grèce.

Si vous n’avez jamais visité de musée consacré à la musique folklorique, ou si vous avez limité vos expériences culturelles à des galeries de peintures et de sculptures, vous vous devez de visiter ce trésor caché d’Athènes.

Vous serez surpris de ce que vous y trouverez, tant pour les yeux que pour les oreilles !

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.